Jardin de la plaine du moulin




NOM BOTANIQUE:   Chrysanthemum ("sports" et hybrides vivaces de jardins uniquement - notamment Chrysanthemum x morifolium, Chrys. x rubellum = syn Chrys. erubescens = Chrys. ou Dendranthema zawardskii var latilobum = Chrys. koreanum ... BREF ! "chrysanthèmes rustiques de jardins !!")

NOM Français Chrysanthèmes hybrides rustiques de jardins

                                famille :     astéracées

                               origine :      Corée, Chine (depuis -500a. avant JC) puis Japon (pour les espèces)- il s'agit ici de cultivars et 'sports' horticoles


                               hauteur :    entre 35 cm et 60 cm selon les cultivars

                                       atouts :    floraison tardive jusqu'à l'hiver (après les asters)

Conditions de culture :   soleil, tous sols sauf trop humides (tendance à "s'éclafouérer" tout de même en terre trop riche, ne pas hésiter à tailler et pincer, comme pour ceux à grandes fleurs pour cimetières) - profiter de récupérer les tailles pour planter immédiatement dans un mélange riche pour le démarrage - résistance moyenne : -15°C et mieux pour certains

Associations :    beaux avec des graminées notamment
                                     
Ennemis : humidité hivernale trop forte

Va-t'on enfin revoir les Chrysanthèmes dans nos jardins ? L'engouement est en marche : et ce n'est pas le fait d'avoir, dans la confusion, renommé le genre en Dendranthema, puis rebaptisé Chrysanthemum qui change ce phénomène - Les créations récentes d'hybrides procurent des formes et couleurs adaptées aux massifs de vivaces, et se distinguent des Chrysanthèmes de cimetières. Comment en est on arrivé à ce que la fleur la plus vendue en France, soit complètement absente des jardins ? cette fois, le pari est gagné : Le Chrysanthème reprend ses marques de noblesse et trône aux avant-plans des massifs. Les nouveaux hybrides sont résistants, et même si ce ne sont pas des plantes longévives (nombre d'années réduit), ils se taillent et bouturent à merveille.

Les photos en haut de cette page montrent de gauche à droite : Chrysanthemum x morifolium 'Mei Kyo' (à petites fleurs en pompons roses, cultivar bien en touffe 40 cm), Chrysanthemum 'Apricot' (à la couleur rosissant, un must), Chrysanthemum 'Brennpunkt' (deux photos - le nec plus ultra en rouge sombre intense, de toute beauté parmi de fines graminées de petite taille) Chrysanthemum 'Herbstbrokat' (une vraie tapisserie) puis Chrysanthemum 'Martine' (rose pourpré 60cm) 'White Tower', 'Vagabond Prince' (semi double rose) et en bas de page 'Doctor Tom Parr' (en touffe, fleurs doubles rose rouge avec fin liseré doré)

Parmi d'autres hybrides renommés, il faut citer : Chrysanthemum x rubellum 'Mary Stocker' (grande marguerite saumon), 'Flamenco' (jaune) 'Rosette' (très beau double rose) 'Xiang' (jaune beurre clair) 'Isabella' (grande fleur simple) 'Pink Progression' (rose simple) 'Vagabond Prince', Chrysanthemum x rubellum 'Duchess of Edinburgh', 'M Dupuiche' (rose rouge 70 cm) Chrysanthemum x rubellum 'Clara Curtis' mais aussi 'Venus' and a last one but not the least..: 'Dernier Soleil' .... Belle invitation que ce nom, avant les assauts de l'hiver !

Chrysanthemum 'Apricot' possède l'une des plus longues floraisons, et commence dès août (juillet quelquefois) jusque fin octobre, les autres sont en général plus tardifs (surtout octobre/novembre)

 

ci-dessus 'Brennpunkt' et 'Doctor Tom Parr'

Origine des formes de chrysanthèmes de jardins : traduit et tiré de : (source : Wye College, University of London, Ashford, Kent, England)

Environ 1/3 des variétés commerciales proviennent de "sports" ou mutations de variétés existantes Les études chromosomiques montrent que les nouvelles formes sont le résultat de pertes et gains d'éléments chromosomiques lors de ces mutations. Des nouvelles variétés sont aussi originaires de semis : c'est dire la facilité que possèdent les chrysanthèmes de jardins à muter. Des "sports" similaires ont été produits et diffusés en différents endroits sous différents noms, ce qui a pour résultat une très grande confusion dans la nomenclature.

Le nombre de chromosomes varie selon les variétés : Shimotomai (1933) découvrit que le nombre de chromosomes de 60 variétés japonaises variait entre 2n= 53-67. Dowrick (1953) vérifia que le nombre de chromosomes de 68 variétés anglaises variait entre 2n= 47-63. La plupart des variétés ont entre 54-56 chromosomes avec un grand nombre en comportant 54. Des travaux similaires ont été faits aux Etats Unis par Walker et Sampson (1958) trouvant 2n= 45-64 avec un grand nombre à 57. Shimotomai montra qu'il existait une corrélation entre le nombre chromosomique et la taille des fleurs sur les variétés japonaises, les plantes ayant de larges inflorescences ayant tendance à avoir un nombre plus élevé de chromosomes que celles à plus petites inflorescences.

Ceci dit, en plus des "sports" cités ci-dessus dans l'article du Wye College, sont essayées plus récemment des hybridations élargissant l'éventail de la gamme et compliquant l'exactitude de la nomenclature.

Il est permis de se demander sur une période dépassant un siècle, étant donné le double facteur facilité mutagène/longévité réduite des plants mères , si toutes ces variétés que je vous montre ici n'auront pas disparu ou du moins évolué...  Alors, pour avoir plus de probabilités de conserver ces variétés intactes, ce serait bien d'en voir plus dans les jardins... non ? ;-)

 

FICHE SIGNALETIQUE

décembre 2008

Accès à la liste historique des mois précédents

La PLaNTE

Du MoiS

Chrysanthèmes : "sports" et hybrides vivaces de jardins   -   retour au jardin