Digitalis purpurea ou 'Gant de Notre Dame' en forêt alsacienne

Etrange plante à la fois hyper toxique et protectrice : on dit d'elle que les loups en consommaient pour combattre les effets des appâts empoisonnés : Quoiqu'il en soit, cette plante utilisée en cardiologie pour ses effets de ralentissement cardiaque est mortelle à une dose de 120g de feuille. Les problèmes avec la digitale sont rares car personne n'en consomme.

Si la toxicité de nombreuses plantes n'existait pas,  ces plantes auraient sans doute déjà disparu.  Etrange Dame Nature  fournissant des armes telle une Diane Chasseresse. Les composants comme les alcaloïdes se retrouvent dans un nombre considérable de plantes même là ou l'on ne le pensait pas : un exemple, dans les Solanacées, c'est celui de la pomme de terre, dont la partie aérienne est toxique, comme pour détourner les prédateurs. Les poils urticants des orties noires nous les font éviter ; et pourtant ces mêmes orties peuvent entrer dans la composition de potages. Moins connu, la consoude officinale, utilisée couramment en beignets par exemple, contient, outre toutes ses vitamines, des toxines pouvant détruire les cellules hépatiques. Les études montrent que ces éléments en faible quantité ne sont toxiques qu'à partir d'une consommation courante (cela ne nous empêchera donc pas d'en déguster).  Autre plante : le laurier utilisé dans nos bouquets garnis (Laurus nobilis) contient des toxines comme tous les autres lauriers, mais à doses beaucoup plus réduites - cela n'empêche qu'il peut à forte dose provoquer des douleurs abdominales.

Deux familles de végétaux contiennent beaucoup de genres et espèces toxiques : les Renonculacées et les Solanacées. Mais certaines Liliacées ne sont pas en reste... Quant aux Apocynacées, Ombellifères et Papavéracées, elles contiennent aussi notamment des alcaloïdes...

Parmi les plantes les plus toxiques, reconnaissez les pires POUR NOS REGIONS...

Les tueuses :

 

Aconit napel : 1 mg d'aconitine tue un homme par paralysie respiratoire
Aethusa cynapium : la petite cigüe des fossés, elle ralentit le rythme cardiaque. les autres cigües sont également mortelles
Agrostemma githago : la nielle des blés, à raison de 5 à 7 grammes par kilo de poids tue l'animal
Belladonne: difficultés respiratoires, agrandissement de la pupille, paralysie respiratoire
Digitale :

120 g de feuilles sont une dose mortelle, ralentisseur cardiaque

Jusquiame noire : ballonnements, convulsions et paralysie mortelle (animaux)
Cytise : vomissements  puis coma et asphyxie (animaux)
Lupin : 100 g de graines sont mortelles, les oies y sont très sensibles
Laurier rose : 100 g de feuilles fait mourir un bœuf - 3 feuilles suffisent pour un être humain !
Taxus (if) : quelques grammes font  périr un cheval
Veratrum :

le vérâtre  est une liliacée contenant plus de 18 alcaloïdes . Il est mortel à la dose de 2 à 3 centigrammes. Il provoque convulsions ,  ataxie locomotrice, asphyxie.

 

Et les autres plantes, aux effets divers :

Parmi elles, citons notamment :

Le cyclamen : puissant purgatif très toxique, le gui,  l'adonis,l'amaryllis, l'anémone, l'ancolie, l'aristoloche, le pied de veau, l'asarum, le calla des marais, le populage (Caltha),  le chanvre, la coloquinte, la colchique, le delphinium, le muguet, la coronille, le corydalis, le daphne, le datura (Brugmansia), le cœur de Marie (Dicentra), la fraxinelle, la fougère mâle, la prêle des bois,  le fusain d'Europe (Euonymus europaeus), l'hellébore, le juniperus, le tabac,  le pavot somnifère, la parisette, le physalis, le sceau de salomon (Polygonatum), le merisier à grappes (Prunus padus),  le nerprun,  le ricin, la rue, le bois-joli (Daphne mezereum) ..

Dédramatisons, c'est bien en général l'absorption  de plantes ou baies méconnues qui créent les problèmes.
Ne vous avisez pas de sucer un brin de muguet,  cela provoque des brûlures sur la langue...mais qui ferait une bétise pareille au prix du brin de muguet ?

Les plantes toxiques ont  déjà causé beaucoup de dégâts 
Mais elles ont  été aussi utilisées en pharmacologie pour des traitements savamment dosés (toniques cardiaques, vasculaires, reminéralisants…)
Ceci nous amène à la phytothérapie, et à la pharmacologie, mais c'est  une autre histoire…..     

Pour un diagnostic ou des infos complémentaires plante par plante, consultez notre lien avec le CHRU de LILLE.


Le saviez-vous ?
.
La rhubarbe a ses feuilles toxiques mais les tiges comestibles….

Les glands et les faînes sont toxiques pour le bétail..mais pas pour les sangliers ou les écureuils !

Les fleurs de digitales sont visitées par les bourdons mais rarement par les abeilles, tant mieux pour les amateurs de miel ! Toutefois, si les abeilles ont dans les environs de leur ruche un très grand nombre de plantes toxiques, cela ne les dérange pas de butiner le nectar des lauriers ou de rhododendrons qui, alors, rendent leur miel toxique pour l'homme.

Les oiseaux consomment des baies de bois-joli, viorne, belladone, qui nous enverraient ad-patres.

Faut-il bannir les plantes toxiques de nos jardins ?

Certaines n'y ont sans doute pas leur place, certaines n'ont d'ailleurs pas d'intérêt décoratif, mais c'est loin d'être toujours le cas : Les Aconits sont par exemple de belles plantes qui sont commercialisées et font l'objet de croisements ( comme par ex: Aconit x cammarum 'Bicolor' ) . On peut reprocher l'absence de marquage de danger sur les étiquettes des aconits ou digitales vendus.   Le plus important c'est d'apprendre à les reconnaître dès l'enfance. Pour la petite histoire, j'ai des aconits et digitales dans mon jardin, et mes enfants tous petits me disaient déjà: "faut pas toucher à la grande plante à grandes clochettes, hein Papa"... et il n'y a jamais eu de problème, même si Digitalis excelsior est une vagabonde qui se ressème ailleurs. Ils ne se sont jamais trompés sur cette plante, même seulement en feuilles. Et ils n'ont jamais oublié. Pourquoi ? simplement parce qu'ils avaient gravé cette information comme majeure (survie)... Quant au désherbage, les feuillages des plantes toxiques sont également vite repérés et le fait de mettre des gants ou de manipuler aussi de la terre, enlève les traces importantes de toxines sur les doigts. Dans la grande famille des Solanacées, il existe de nombreuses plantes toxiques, dans les plantes exotiques (pour les jardins à climat privilégié) de belles surprises attendent aussi le jardinier. Avant de cultiver une plante, le meilleur conseil à suivre est de s'informer sur cette plante, à la fois sur ses besoins mais aussi sur sa toxicité éventuelle. Alors d'accord pour la diversité au jardin, avec sagesse et précaution. Challenge ? sans doute, car il faut bien s'informer pour pouvoir transmettre aux enfants....

lien vers une page perso sur les Solanacées 

lien vers site perso Plantes Toxiques de France     

                      

Qui sommes-nous ? | Nous contacter  | ©2000-2014 phengels