Lien vers la base de donnée des plantes du jardin botanique

Lien vers le site du CHRU de Lille - département toxicologie

 

vous présente :
Retour page d'accueil | Retour liste jardins à visiter en France
Le Jardin Botanique et de la Faculté de Pharmacie de Lille
sources photos : © Jean Marc BEN  -         cliquer sur les photos pour agrandir

Cet ensemble voué à la botanique se décline en deux grands jardins :

- le Jardin Botanique municipal (Jardin des Plantes et sa serre)

- le Jardin Botanique de la Faculté de Pharmacie et ses serres

La Ville de LILLE a passé une convention avec le Département de Botanique de la Faculté de Pharmacie pour que le Jardin des Plantes obtienne le label de «Jardin Botanique de France». Avec Lille 2004, la dynamique verte s'est déclenchée.

 

1. le JARDIN DES PLANTES

Créé après la seconde guerre mondiale sur les anciennes fortifications, le Jardin des Plantes de Lille présente une composition " moderne ". La serre, articulée en trois cubes de verre, regroupe une collection de plantes exotiques. La roseraie monumentale, animée de jets d'eau, et le jardin alpin, pour lequel des reliefs artificiels ont été aménagés, contribuent à faire de ce lieu un jardin de ville original.
Visites guidées de la Serre équatoriale, des collections d'orchidées et de cactées

 

2. le JARDIN BOTANIQUE DE LA FACULTE DE PHARMACIE

Créé en 1970, le jardin botanique de la Faculté des Sciences Pharmaceutiques de Lille 2 s’étend sur deux hectares. Depuis 1994, il connaît un essor nouveau avec une serre très riche en plantes de différentes régions tropicales et plus de 22 plates-bandes formant une « école de botanique » destinée aux étudiants en pharmacie, aux étudiants en environnement, biologie, aux pharmaciens, médecins et au grand public (adultes et scolaires).

Les espaces verts de la faculté comportent en outre un parc paysager, des massifs de terre de bruyère et un arboretum d’essences originales. Un maillage de haies reconstitue le bocage régional.

L’étiquetage complet de plus de 1000 taxons végétaux ainsi que la tenue des collections vivantes et des herbiers ont été récompensés en 1999 par le label « Jardin Botanique de France et des Pays Francophones »



PRESENTATION DU JARDIN BOTANIQUE

Ce jardin est spécialement conçu pour illustrer les différents enseignements de botanique de la Faculté de Pharmacie de Lille :
Systématique, Pharmacognosie, et Ecologie sont les trois thèmes illustrés dans l’école de botanique et la serre

Les différents secteurs à visiter sont :

 

LA SERRE TROPICALE

Cette serre réunit des plantes tropicales d’Océanie, d’Asie, d’Amérique et d’Afrique, choisies pour leur floraison hivernales ou pour leur utilité pour l’homme (médicinales, plantes à parfums etc.) on découvrira par exemple par exemple la chemise-de-belle-mère (Ornithogalum caudatum), le pied-de-Lion (Leonotis leonurus), le patchouli (Pogostemon cablin), l’oiseau-de-paradis (Strelitzia reginae), le camphrier (Cinnamomum camphora), le frangipanier (Plumeria rubra) et de nombreuses plantes grasses. Les animateurs vous feront sentir l’odeur de la sauge-cassis et celle de la sauge-ananas et vous raconterons de nombreuses anecdotes sur les plantes.



LES FAMILLES ou COLLECTION SYSTEMATIQUE

Les familles sont présentées linéairement dans le même ordre que celui présenté au cours dispensé aux étudiants en pharmacie en première année . La visite commence par la plate-bande des ptéridophytes (fougères et prêles) puis continue avec la plate-bande des gymnospermes, des préangiospermes (Ephedra), des Lauraceae et des autres Magnoliidae : Ranunculaceae etc...
Pour chaque famille, au moins deux espèces si possible sont présentées, l’une à floraison printanière, l’autre à floraison automnale ; exemple : Aconitum napellus pour le printemps, Aconitum arendsii pour l’automne. Les floraisons estivales sont évitées pour des raisons de calendrier universitaire. Les floraisons hivernales sont recherchées , ex : Eranthis hyemalis pour les Ranunculaceae.



PLANTES MEDICINALES et TOXIQUES

Indispensable dans une Faculté de Pharmacie, cette collection est le support logique des cours, travaux pratiques et expositions de botanique, des enseignements de pharmacognosie et de végétaux toxiques.
On pourra y voir par exemple la grande gentiane (Gentiana lutea),diverses menthes (Mentha spp) et Lavandes (Lavandula spp).
Pour les plantes toxiques, on pourra reconnaître les différentes digitales (Digitalis spp), distinguer les deux ciguës, Conium maculatum et Aethusa cynapium. On fera également attention au bois gentil (Daphne mezereum, si mal nommé car mortel, de même que la Rose de Noël .



SOUS-BOIS

Se retrouvent ici des plantes à floraisons intéressantes, rares, médicinales ou toxiques, d’ombre ou mi-ombre (ex : Atropa belladona). Le beau lis Martagon (Lilium martagon), joyau de nos montagnes est très à son aise en lisière de ce bois calcaire.



MOISSON

Sur un sol très calcaire est implantée une moisson. Ce milieu abrite de nombreuses espèces disparues de nos campagnes comme le miroir-de-Vénus (Legousia speculum-veneris) ou la nielle des blés (Agrostemma githago).



PELOUSE METALLICOLE

Ce milieu montre des espèces survivant dans les sols contaminés en métaux lourds (Cu++, Zn++) comme Cardaminopsis halleri et Armeria halleri.



PELOUSE CALCICOLE

Les pelouses calcicoles étaient autrefois très répandues dans la région et font aujourd'hui l'objet de mesures conservatoires. A noter,en juin, les superbes floraisons de la sauge des prés (Salvia pratensis) et de la filipendule (Filipendula hexapetala).



PRAIRIE HUMIDE

Pourtant très caractéristiques de notre région, les prairies humides disparaissent aussi. Dans ce milieu reconstitué on y admirera par exemple une l’orchis de Fuchs (Dactylorhiza fuchsii).



PELOUSE A ORCHIDEES

Un gazon ornemental implanté sur calcaire est devenue pelouse naturelle au fil des ans. Des orchidées sauvages y sont arrivées spontanément : Epipactis helleborine, Ophrys apifera et, récemment en 2000, Orchis militaris.
L'orchis militaire est une belle orchidée très rare dans la région, cette station constitue la deuxième station naturelle actuelle pour tout le Nord-Pas-de-Calais.
La re-création de milieux naturels assure donc un rôle conservatoire pour la flore régionale menacée.



HAIES

Ici et tout autour de la Faculté, on tente de reconstituer différents types de haies régionales avec leurs essences mélangées régionales. En janvier, avec les noisetiers ou en février, avec Cornus mas jusqu’en Décembre (avec le gui, Viscum album), il y a toujours quelque chose à observer dans les haies qui servent aussi de refuge et de garde-manger pour les oiseaux.



BRUYERE

En mai, il ne faut pas manquer la floraison éclatante des rhododendrons et des azalées. Diverses espèces de ce genre y sont implantées, ainsi que des arbustes rares comme le Fothergilla major et le Sciadopitys verticillata, curieux conifère japonais. L’érable pleine lune, Acer shirasawanum ‘Aureum’ est remarquable.



ARBORETUM

Situé à l’autre bout de la Faculté, il rassemble depuis 1985 environ plus de 80 essences remarquables comme l’aulne impérial (Alnus glutinosa ‘Laciniata’), le frêne à fleurs (Fraxinus ornus), le tulipier (Liriodendron tulipifera) et un beau spécimen d’Alisier blanc (Sorbus aria ‘Majestica’). Parmi les espèces utilitaires, citons enfin le bouleau à papier d’Amérique du Nord (Betula papyrifera).